Messe d’au revoir au père Norbert, le 17 novembre : mot du doyen

2018-09-02 - Messe au revoir doyen H. Bastin (84) - Père Norbert Maréchal

Père Norbert Maréchal

Vous le savez, le père Norbert est religieux, c’est un père missionnaire spiritain. Il est devenu conseiller de sa province missionnaire et va rejoindre sa communauté de Bruxelles à Anderlecht.

Le prêtre appelé à enseigner, à sanctifier le peuple de Dieu et à le guider comme un pasteur, est un cadeau pour la communauté. Par la grâce du sacerdoce ministériel, il assume une fonction de représentation. Il représente le Christ dans les actes d’Eglise où s’actualisent certains actes du Christ. Par exemple, quand il célèbre l’eucharistie ou quand il pardonne les péchés, il agit « en nom et place du Christ » (LG 28).

Après 4 ans de ministère chez nous et surtout avec son profil de prêtre simple et accessible, on n’a pu que s’attacher à Norbert ! Son apport humain et pastoral est connu et reconnu. Voilà pourquoi nous rendons grâce à Dieu pour l’opportunité d’avoir croisé sa route et lui disons aujourd’hui : merci !

vital-norbert

Cher Norbert,

Après le Gabon, Gentinnes, Saint-Boniface à Ixelles, Malmedy, te voilà reparti pour Anderlecht. Pour beaucoup de celles et de ceux qui t’ont côtoyé ici, je l’atteste d’ailleurs moi-même : tu es prêtre au confluent duquel se retrouvent plusieurs vertus :

La simplicité : c’est une beauté intérieure qui flashe ! Sans affectation ni prétention, la personne simple agit avec son naturel propre, son regard n’est pas troublé par la convoitise et le désir du pouvoir. Elle est libérée du souci du paraître, de l’artifice de la poudre aux yeux et du grand tralala. Ces qualités ouvrent tout naturellement au don de Dieu.

Le dévouement du vaillant missionnaire : tu es pastoralement appliqué et disponible. Prêtre auxiliaire (aidant), tu as dépanné à Spa, à Theux, au Domaine de la mutualité chrétienne…

Pour soutenir ton élan missionnaire, notre UP t’offre une étole. Reçois cette enveloppe qui te permettra d’acheter l’étole de ton choix. Portée sur tes épaules, elle sera l’insigne par excellence de la charge pastorale qui t’est confiée.

Chez nous, tu as assuré les messes en allemand à l’église des capucins, tu as été impliqué dans la pastorale de la santé et de la Parole.

Le ministère de la visite de malades requiert de la délicatesse, du tact, de la discrétion. Visiter un malade ne se limite pas aux formules d’usage : « Bonjour, comment ça va … », c’est d’abord une manière de se tenir ! Il faut bien sûr respecter une distance par respect de l’intimité du malade, mais toujours garder la présence par un regard, par une attention bienveillante. Bref, il faut toute une célébration de gestes et de paroles, avec à la clé une disposition intérieure à offrir. Comme le dit si pertinemment Mère Térésa : « Ce qui compte, ce n’est pas ce que l’on donne, mais l’amour que l’on met en donnant ». Norbert, ta communication et de ta relation d’aide avec les malades ont été pertinentes et même édifiantes. Je n’oublie pas ton accompagnement de notre équipe des visiteurs de malades.

Quant à la pastorale de la Parole, tu as participé aux Tables de la Parole, tu as donné ici à la chapelle de la miséricorde des enseignements pour raffermir, aider les croyants à acquérir davantage l’intelligence des Écritures.

La Parole de Dieu est un diamant à plusieurs facettes : elle est sacrement, présence, révélation de Dieu ; gage de l’alliance du croyant avec Dieu, nourriture spirituelle. C’est un Trésor précieux ou plutôt « près-des-cieux » !  C’est en reconnaissance de ta passion pour les Écritures que la communauté t’offre ces deux ouvrages très récents :

Au festin des paraboles : Le bibliste Alain Patin y revisite les paraboles avec une grille de lecture narrative.

Jésus, un homme libre. Les évangiles au XXIème siècle. L’abbé Daniel Duigou, journaliste et psychanalyste, donne une interprétation actualisée des Évangiles.

cadeau norbertEt pour finir, notre communauté chrétienne t’offre un portrait de ce qui fait le fleuron de sa collection, à savoir notre cathédrale.

Comme je te l’ai dit à maintes reprises, chez nous, c’est chez toi : tu passes quand tu veux. Bon ministère à Anderlecht, on s’y retrouvera quand le Standard de Liège viendra concasser et écraser « les Mauves » sur leur terrain !

Vital Nlandu

Cet article a été publié dans Actualité, Le mot du curé, Reportages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s