Homélie : 350ème anniversaire de la chapelle de Ligneuville

Homélie de la messe du 350ème anniversaire de la consécration de la chapelle de Ligneuville

Le dimanche 9 octobre, nous avons célébré à Ligneuville le jubilé du 350ème anniversaire de la consécration du premier lieu de culte du village. Le Mot du curé de ce dimanche et celui de dimanche prochain reprendra le texte de cette homélie. Je répondrai de la sorte à des demandes qui m’ont été adressées par des personnes qui souhaitent revenir à cette homélie pour la méditer.

Frères et sœurs,

Vous célébrez aujourd’hui le jubilé du 350ème anniversaire de la consécration de la chapelle qui fut le premier lieu de culte de votre communauté. Par cet évènement, vous êtes ramenés à ce jour où votre chapelle fut en quelque sorte portée sur les fonts baptismaux.

Dans le registre le plus ancien lié à votre communauté, nous trouvons que la chapelle fut consacrée le 16 juillet 1666 par Jean-Antoine Blavier, évêque suffragant de Liège, « sous les auspices du glorieux St Michel Archange et des trois Stes vierges, Foy, Espérance et Charité ».

Frères et sœurs, le patronage ainsi donné à votre chapelle ne doit pas être vu simplement comme une pieuse appellation, une sorte de carte d’identité religieuse qui lui fut attribuée pour la situer par rapport à d’autres lieux de culte… : saint Aubin, à Bellevaux, par exemple…

« Sous les auspices de St Michel Archange et des trois Stes vierges, Foy, Espérance et Charité »… Ce quadruple patronage, j’en suis sûr, fut proposé comme un appel, une vocation, une mission, un « programme », pour votre communauté… Un quadruple patronage auquel il importerait de faire honneur en lui restant fidèle !…

hotel-eglise-ligneuvilleDès lors, comme le pape Jean-Paul II qui, en juin 1980, lors de sa visite pastorale à la France, lança le cri : « France, qu’as-tu fait de ton baptême ? », ne puis-je pas à mon tour, moi votre pasteur, oser vous lancer le même cri : « Communauté de Ligneuville, qu’as-tu fait de ton baptême ? »…

Communauté de Ligneuville, qu’as-tu fait de la foi, de l’espérance et de la charité, qui t’ont été données comme nom voici 350 ans ? Car si d’édifiantes traditions présentent les trois patronnes comme des saintes martyres « en chair et en os », filles de sainte Sophie, plus profondément ne faut-il pas voir en elles des personnifications (allégories) des trois vertus théologales, à la manière dont à New-York la Statue de la Liberté personnifie la liberté ?

Communauté de Ligneuville, qu’as-tu fait de la foi ?… On peut formuler la question autrement, car la foi, c’est quelqu’un : c’est Jésus-Christ ! Et justement aujourd’hui, dans la deuxième lecture, il nous a été dit : « Souviens-toi de Jésus-Christ »…!… Je dirai donc : « Communauté de Ligneuville, qu’as-tu fait de Jésus-Christ ? »…

Communauté de Ligneuville, qu’as-tu fait de Jésus-Christ ? Jésus est-il encore le cœur brûlant de ta vie ? Jésus est-il encore l’ami préféré entre tous ? Jésus est-il encore le premier maître et conseiller dans toutes tes démarches ? Le nom de Jésus est-il encore prononcé chez toi avec émotion et tendresse ? Le nom de Jésus te fait-il encore vibrer ?

Ne court-on pas en effet le risque aujourd’hui de simplement réduire Jésus-Christ à des valeurs, ou encore de laisser sa personne se ramener à une pieuse évocation vaguement ravivée à certaines étapes de l’existence : baptême, communion, enterrement ?…

Communauté de Ligneuville, que fais-tu de ta foi, que fais-tu de Jésus-Christ ?… Puisse la question te pénétrer comme pénétrer toutes les communautés de notre Unité Pastorale … Te pénétrer avec douce confiance, car aujourd’hui n’avons-nous pas entendu qu’il nous était dit : « Si nous manquons de foi, lui reste fidèle ? »…

Votre curé Henri Bastin

Cet article a été publié dans Actualité, Homélies, Le mot du curé, Reportages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Homélie : 350ème anniversaire de la chapelle de Ligneuville

  1. Ping : 350ème anniversaire de la chapelle de Ligneuville (suite) | Unité pastorale de Malmedy

Les commentaires sont fermés.