Qui a mis la main à la charrue !

Homélie du 13ème dimanche ord C : Qui a mis la main à la charrue !

               Lectures : 1 R 19, 16-21; Ps 15; Gal 5, 1.13. 18; Lc 9, 51-62

Mes sœurs et mes frères, la 2ème lecture de la liturgie de la Parole évoque un mot magique, qui nous distingue fondamentalement comme êtres humains et chrétiens : c’est notre liberté, la chérie, la souveraine liberté. Aux yeux de saint Paul, c’est là même le but du salut de Jésus-Christ : que nous soyons absolument des femmes et des hommes libres et libérés. Et il s’empresse de préciser ce qu’est la vraie liberté. Ce n’est pas le laisser-aller, le libertinage, la tendance à privilégier ses propres intérêts ; mais le choix de planter un arbre au profit d’une autre génération ; le choix du don de soi, du service, bref de l’amour. Aussi, lance saint Augustin : « Aime et fais ce que tu veux !« . Oui, la liberté est le 1er discernement : tout ce que nous entreprenons n’a de sens que si c’est fait par et avec amour !… Celle ou celui qui veut suivre le Christ est donc appelé à la liberté. Dans la page d’Evangile, Jésus donne 3 conseils pour le suivre :

*La conquête incessante de la paix. Les samaritains et les juifs entretiennent entre eux une animosité historique, manifestée notamment par la rivalité entre le temple juif de la Ville sainte, Jérusalem, et le temple bâti en territoire samaritain sur le mont Garizim. Or, traverser la Samarie est la route la plus courte pour aller de la Galilée à Jérusalem. Aussi, pour nuire et empêcher les caravanes qui se rendent en pèlerinage à Jérusalem via leur région, les samaritains dressent des embuscades. Alors, en artisan de paix et fin diplomate – par essence, la diplomatie c’est l’art d’éviter la guerre ! -, Jésus envoie des messagers pour négocier le laisser-passer. C’est niet ! Scandalisés par ce refus, Jacques et Jean plaident pour des représailles par un feu ravageur. Jésus les réprimande : répondre au mal par le mal ne fait qu’engendrer l’escalade de la violence. On ne lave pas une chemise blanche tachée de sang dans un bassin de sang ! … On observe ici plus qu’ailleurs la pseudo-représentation que même les amis les plus proches de Jésus se font encore de lui. Il leur faudra encore parcourir du chemin pour comprendre que la toute-puissance du Bon Dieu ne se traduit que dans sa Miséricorde. « En tant qu’Amour, Dieu ne peut que ce que l’amour peut ! » (Maurice Zundel).

*Par rapport aux paradis artificiels et autres superflus, choisir la spiritualité du détachement pour la (re)conquête de sa liberté intérieure. Voilà pourquoi Jésus choisit plutôt l’état social de SDF : « Le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête« . Cette spiritualité du dépouillement (kénose) nous pousse tout naturellement à prioriser… « Laissez les morts enterrer leurs morts !  » Chers amis, loin de prôner l’incurie des funérailles de nos êtres chers, Jésus nous prie de cerner d’abord et de préférer l’amour pour Dieu et pour l’autre. Un diamant avec quelques défauts n’est-il pas préférable qu’une simple pierre qui n’en a pas ? Un jour, dans un bus, un vieil homme est assis avec en main un joli bouquet de fleurs fraîchement cueillies. Dans l’autre allée se trouve une jeune fille dont le regard est posé sans relâche sur les fleurs. A l’arrêt, en descendant du bus, la personne âgée déposa le bouquet sur les genoux de la jeune fille en disant : « Je remarque que vous aimez les fleurs. Vous en avez plus besoin. Ma femme apprécierait certainement que ces fleurs, qui lui étaient destinées, vous reviennent plutôt « . Le temps de réagir et de refuser poliment, le bus a redémarré ! A travers les vitres, la jeune femme voit le vieil homme pousser la grille d’un cimetière…

*Avoir le regard tourné devant : « Qui a mis la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas digne du Royaume« . Pour tracer des sillons droits, le cultivateur au volant de son tracteur doit se concentrer en regardant devant, autrement les sillons sont sinueux et tortueux… Sommes-nous obligés de nous installer dans nos vieilles et stériles habitudes, dans nos « on a toujours fait ça ; obligés d’être « des gardiens de musées d’ossements ?  » (pape François, Evangelii Gaudium N° 33).

Dans un monde où il y a moult défis à relever, il nous faut de la confiance en l’avenir, de l’audace et de la créativité. Ce temps de « vacances » pourrait être un moment propice de conversion de regard, y compris sur nos habitudes !

                                                                                Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Laisser un commentaire

Dieu-Trinité = Dieu-Amour

Homélie de la Trinité Sainte C : Dieu-Trinité = Dieu-Amour

Lectures : Pr 8, 22-31 ; Ps 8; Rm 5, 1-5; Jn 16, 12-15

Mes frères et mes sœurs, hier j’étais à Liège à l’ordination de 4 diacres (Bernard, Emmanuel, Paulin et Marc). Dans son homélie, Monseigneur l’Evêque disait : « J’ai appris que cette année, à la Trinité, il y avait la pleine lune ! ». Par curiosité, je suis allé voir le ciel à minuit : c’est vrai, c’était une splendide pleine lune ! Pour dire que la Trinité Sainte est la solennité de la plénitude et toute l’épaisseur du mystère de Dieu. Qui est le Dieu des chrétiens ? Il est Père, Fils et Esprit Saint : un seul Dieu du fait de leur identique nature (divine) – qui s’appelle « Amour ». Un seul Dieu, mais Trine, c’est-à-dire en 3 personnes, chacune ayant ses attributions : le Père crée, le Fils sauve et l’Esprit Saint sanctifie. Et pourquoi 3 Personnes ? C’est parce que l’Amour est par essence relation et partage.

Alors, qu’est-ce que la fête de la Sainte Trinité change dans ma vie, dans ma foi ? Quand j’aime en vérité, autrement dit d’un amour désintéressé, respectueux et inconditionnel, je me baigne dans le fleuve d’Amour divin. L’Esprit Saint qui répand cet Amour dans nos cœurs (2ème lecture), propose à celles et à ceux qui le veulent bien, de se laisser appartenir à Dieu en aimant. A cette fête, je mets également en valeur le signe de la croix, par lequel je proclame que le Dieu trinitaire est dans mes pensées, dans mon cœur et dans mes actions et services rendus gratuitement. A ce moment, à l’instar de Jésus Christ, je promets de faire de ma vie un don, une « passion » pour l’être humain… On comprend dès lors que faire le signe de la croix est un engagement à se rallier à Jésus par des actes concrets de la vie.

Chers amis, quel est le sens profond de ce mystère de la Sainte Trinité ? Je prends l’image de l’astre du jour, le soleil : le Père est le soleil, le Fils est la lumière (rayons solaires) et l’Esprit Saint la chaleur irradiante. Le soleil, la lumière et la chaleur sont pourtant trois formes distinctes d’un même phénomène (combustion, énergie thermique, énergie lumineuse) qui est dans le cas de la Trinité, la même source de diffusion d’Amour. Ma vocation de baptisé, c’est justement  refléter l’Amour de Dieu … La spiritualité trinitaire est résumée par la doxologie liturgique (prière de louange à la Trinité) : « Par Lui (Jésus-Christ), avec Lui et en Lui, à Toi Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint Esprit, tout honneur et toute gloire pour les siècles des siècles – Amen« .

Nous nous adressons au Père par Jésus-Christ le médiateur, le grain jeté en terre pour l’immense Moisson de grâces et de bénédictions divines. Quant à l’Esprit Saint, il nous plonge dans l’intimité, la tendresse de Dieu le Père quand il nous Le fait appeler « Abba » (papa chéri, c’est mignon !). Dans la page d’Evangile de ce dimanche, Jésus dit : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter« . Il arrive parfois en préparant la liturgie de funérailles d’une personne relativement jeune, d’entendre les membres de sa famille et ses amis dire : « On avait encore tellement de choses à se dire, à partager ensemble ! ». Dans le silence ou le recueillement, par la voie de notre conscience, par le décodage du langage de la nature, à travers les événements de notre vie, l’Esprit-Saint nous révèle la personne de Jésus-Christ : la puissance de sa résurrection et celle de sa Parole. Il nous conduit vers … la vérité tout entière.

Et comme le guide de montagne, il ne se met pas à la place de l’accompagné, mais l’aide à progresser malgré la fatigue et les vicissitudes de la vie.

C’est encore Lui, l’Esprit Saint qui suscite en nos cœurs l’action de grâce et l’émerveillement du Psaume 8 chanté : « ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom, par toute la terre ! A voir ton ciel …« . L’émerveillement est la voie royale pour retrouver l’esprit d’enfance. « Nous marchons sur des joyaux sans nous en rendre compte » (Christiane Singer). Il y a ainsi urgence de réapprendre à recevoir la vie comme un cadeau, à lui sourire,  à se laisser surprendre par la beauté de la nature et, partant, à la respecter et à en prendre soin.

                                                                                      Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Laisser un commentaire

Ce feu qui brûle dans mon coeur,

          Homélie de la pentecôte C : Ce feu qui brûle dans mon coeur,

                             moi je le sais, c’est l’Amour du Seigneur !                                                              

                         Lectures : Ac 2, 1-11; Ps 103; Rm 8, 8-17; Jn 14, 15-16. 23b-26

Chers amis, dans sa lettre apostolique « Tertio millennio adveniente », le pape Jean-Paul II souligne qu’il convient, dans l’Eglise, de s’appliquer à « la redécouverte de la présence et de l’action de l’Esprit Saint » (n°45). Nous nous employons à le faire. A la Pentecôte, écrit saint Luc dans la 1ère lecture, il y a eu un violent coup de vent, mais sans alerte météo. Et d’ailleurs, aucun appareil de photo, même le plus performant, n’aurait pu photographier l’Esprit Saint. C’est une réalité spirituelle. Cependant, les signes ont été au rendez-vous. Il y a eu manifestation de la puissance de l’amour de Dieu, qui s’est répandu dans les cœurs de disciples qui se sont mis alors, chacun dans sa propre langue mais compris par tous, à professer la même foi décomplexée et à proclamer les merveilles de Dieu. Emportés par l’Esprit Saint, la poignée de disciples emmurés dans la peur sont devenus des infatigables témoins, ambassadeurs du Ressuscité.

En effet, l’Esprit Saint est un feu, et lorsque tu joues avec le feu, tu n’en sors pas indemne. Quand l’Esprit Saint fait irruption dans ta vie, il la retourne comme une crêpe, la transforme en convertissant ton regard. C’est un feu qui consume le mal au fond des cœurs, en les embrasant de l’amour de Dieu.

Je ne vous laisse pas orphelins, je vais vous envoyer le défenseur. Le Paraklétos, Paraclet, dont parle Jésus dans l’Evangile se traduit par « avocat ». Ce mot a de nombreux autres synonymes : aide, assistant, soutien, consolateur, conseiller. Tout cela, l’Esprit Saint le fait. Quand nous perdons nos repères, quand le doute et les réticences nous font chanceler, quand la fatigue (épuisement, essoufflement, découragement) nous accable, quand la maladie nous afflige, quand notre conscience nous accuse (culpabilise), l’Esprit Saint vient nous donner la force et le courage d’avancer avec confiance et abandon; il ranime l’espérance. Poussés de l’intérieur par l’Esprit, nous nous adressons à Dieu comme à notre Père, Abba (2ème lecture) ! En ce moment, nous lions avec Lui une relation de tendresse et de confiance, et les angoisses paralysantes qui empoisonnent notre vie spirituelle disparaissent.

Chers amis, puisque nous sommes enfants de Dieu, nous sommes héritiers de l’avenir en Dieu, telle est notre espérance. Marchons dès lors dans la mouvance de l’Esprit du Ressuscité… Dois-je le rappeler en ce jour de Pentecôte : le baptême que nous avons reçu n’est pas un simple rite, c’est un baptême de feu ! Et si jamais ce feu couve sous la cendre, que le Souffle de Dieu la disperse pour que soit rallumé en nous le feu de son amour.                                                                                                                  

                                                                                                          Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Laisser un commentaire

Annonces du 29 mai 2022

Pentecôte 2022

chaque jour, de lundi à jeudi, de 19h30 à 21h00 en la Cathédrale,  il y aura une veillée de prière, de raffermissements et enseignements.

*Lundi 30 mai : neuvaine à l’Esprit-Saint

*Mardi 31 mai : symboles et dons de l’Esprit-Saint

*Mercredi 1er juin : renouvellement du baptême dans l’Esprit-Saint : film baptême des adultes, imposition des mains, Fontaine baptismale, adoration

*Jeudi 2 juin : fruits de l’Esprit-Saint et témoignages.

Si tu savais

Publié dans Actualité, Communiqués officiels | Laisser un commentaire

Jésus prie pour l’unité de ses amis.

Homélie du 7ème dimanche de Pâques C : Jésus prie pour l’unité de ses amis.

    Lectures : Ac 7, 55-60 ; Ps 96 ; Apoc 22, 12-14. 16-17, 20 ; Jn 17, 20-26

Chers amis, après avoir livré son testament aux disciples : « Je suis la Vigne, vous êtes les sarments« , « Je ne vous appelle plus serviteurs, vous avez acquis un autre statut dans mon cœur : vous êtes mes amis« , « Je vous laisse un commandement nouveau : vous aimer d’un amour qui soit don (donner, se donner, par-donner), comme moi je vous ai aimés« …, à la veille de sa mort, Jésus, en Grand-Prêtre, intercède. Il prie son Père dans ce chapitre 17ème de saint Jean, appelé selon la tradition biblique, « la prière sacerdotale ».

Pour qui donc et pour quelle intention Jésus prie-t-il dans la page d’Evangile d’aujourd’hui ? Déjà pour toi ! « Père, je ne te prie pas seulement pour eux, les apôtres, mais pour celles et ceux qui, à travers les âges, croiront en moi, grâce à leur témoignage« 

Jésus prie pour l’unité des chrétiens et pourquoi ? Parce que c’est réunis que les charbons brûlent ; en les séparant, ils s’éteignent… Quoi qu’il ne soit autre chose que la main, le poing est plus fort que la main… Et puis, les fourmis assemblées ne sont-elles pas capables de vaincre le lion ? L’unité est un des thèmes douloureux de l’actualité avec la guerre en Ukraine, mais aussi tous ces liens qui se brisent avec les blessures que cela charrie (le divorce, les hostilités, les oppositions, le cauchemar de la haine là où régnait la paix…). Le pape Jean-Paul II le disait à la Journée mondiale de la paix en janvier 2005 : il n’y a rien de plus fragile que la paix dans le monde, dans nos communautés, dans nos familles, dans nos relations interpersonnelles, dans nos cœurs. La paix demeure un combat permanent, un pari à gagner…Elle est acquise par le dialogue, le compromis, la remise en question, le respect mutuel, la gratitude, la tolérance, le pardon, le combat pour la justice dans l’humilité.

Jésus le dit : « Qu’ils soient UN en nous !« . Il nous plonge dans le puissant torrent de l’Amour trinitaire… « UN comme nous » : la Trinité devient non seulement le modèle (Amour-communion qui accueille les différences, unité dans le pluralisme : trois Personnes en un seul Dieu, de même nature, mais chacune avec ses attributions), mais aussi la Source de l’amour. L’unité des chrétiens accrédite leur appartenance au Christ crucifié pour la réconciliation des enfants de Dieu dispersés. La mission n’est pas prosélytisme, mais attraction, séduction (pape Benoît XVI). Oui, c’est l’unité qui évangélise : « Voyez comme ils s’aiment !« , disait-on de la première communauté chrétienne ! Un couple uni, une communauté unie ne peut qu’attirer l’admiration des gens curieux, étonnés, saisis et même conquis !

Autre intention de la prière de Jésus : « Je veux qu’ils soient avec moi et qu’ils contemplent ma gloire« . « Je veux » : c’est curieux d’entendre Jésus prononcer une telle formule impérative, lui qui s’en remet toujours à la volonté de son Père. C’est pour dire combien notre présence à ses côtés lui tient à cœur…  Effectivement, nous sommes avec Jésus aujourd’hui déjà puisqu’il l’a dit : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des temps » (Mt 28, 20). La question, c’est celle de savoir si, en ce qui nous concerne, nous voulons vraiment vivre par lui, avec lui et en lui ! « Pour moi » dit saint Paul, « Le Christ vit en moi ! Ma vie présente,  je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et sauvé » (Ga 2, 20). 

Mes frères et mes sœurs, la gloire dont Jésus parle, c’est celle qu’Etienne rempli de l’Esprit-Saint contemplait (contempler = être dedans, faire l’expérience) à sa mort (1ère lecture), c’est celle que Pierre, Jacques et Jean ont savourée à la Transfiguration et justement, c’est le focus de notre espérance !

Dès lors, l’Eglise prie  pour que le Seigneur, l’alpha et l’oméga, (re)vienne aujourd’hui plus que jamais par son Esprit-Saint, l’Eau vive donnée gratuitement (2ème lecture), qui nous renouvelle et nous sanctifie : « Maranatha ! (Viens, Seigneur !)

Bonne Semaine du Cénacle !

                                                                          Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Laisser un commentaire

Journée mondiale de prière pour les vocations

Homélie du 4ème dimanche de Pâques C :

 Dimanche du Bon Berger (Jean 10, 27-30).

Chers amis, nous célébrons ce week-end, le dimanche des vocations. Qu’elle soit laïque, presbytérale, de vie consacrée ou dans le mariage, toute vocation est un feu dévorant, l’aspirationque l’on a tout au fond de son cœur de se rendre utile aux autres. En effet, il faut aimer ce que l’on fait et avoir de la passion pour arriver y arriver. Tout ce que nous réalisons sur cette terre n’a de sens et de soupçon d’éternité, que si nous le faisons par amour. La vocation chrétienne en général est un appel à se donner, comme Jésus, entièrement pour les autres … Alors dis-moi : à quoi Dieu t’appelle-il aujourd’hui et comment y réponds-tu ?

Commençons par reconnaître que chaque individu, étant donné qu’il est unique par son histoire, son parcours, son patrimoine génétique, par le profil de sa personnalité, son élan spirituel, par ses charismes et talents, toute personne a sa vocation propre. Il revient ainsi à chacun de s’ajuster à lui-même et à la volonté de Dieu pour lui. On ne doit pas se mentir, il faut être soi en vérité, trouver sa voie, le fil rouge de son existence. Et c’est au travers de ces diverses vocations particulières que le peuple de Dieu choisit, chacun en ce qui le concerne, de servir l’Eglise et l’Humanité.

Tout compte fait, comment Dieu te parle-t-il ? Par la voix de ta conscience, la voix des autres, par tes talents et ressources, dans la méditation de la Parole, dans le silence, la prière, l’émerveillement, la gratitude, grâce à l’intelligence des signes du temps et la meilleure connaissance de toi-même. Par tous ces canaux, Dieu te révèle petit à petit la mission à laquelle il te destine : « Seigneur » s’écrie saint Paul sur le chemin de Damas, le jour de sa conversion, « Que dois-je faire ?  » (Ac 22, 10).

Si le Christ nous décline son identité : « Je suis le Bon Pasteur, le Vrai Berger », c’est pour nous faire raisonner, mais surtout faire résonner en nous le mystère de l’amour de Dieu, nous aider à comprendre un tant soit peu comment il nous aime. Personnellement, je suis impressionné par la tendresse de ce Bon Berger, sa complicité avec ses brebis, sa capacité non seulement à les connaître par cœur (connaître dans la Bible signifie engager une relation mutuelle affectueuse, aimer intimement), mais aussi à les reconnaître (il distingue la voix de chacune et l’appelle par son nom). En disant qu’il est un berger sans nul autre pareil, le Berger sûr, il se rapporte à l’amour qu’il a pour le croyant. Avec lui, la brebis ne risque pas de se fourvoyer dans des voies sans issue, les ravins de la mort. Il soigne la brebis blessée, fortifie celle qui faiblit.

A l’époque de Jésus, le peuple d’Israël était majoritairement rural et pastoral… Il y a beaucoup de fermiers, de pasteurs en Israël. Voici le quotidien de la vie d’un berger : dès l’aube, il cherche de verts pâturages et les points d’eau pour la vie des brebis ; les protège des voleurs ou des animaux prédateurs (comme le loup) et, le soir, les ramène dans l’enclos… Si jamais une brebis manque à l’appel, même s’il est fatigué, il va à sa recherche. Quand il a retrouvé la brebis perdue, il la charge sur ses épaules.

Alors, comme Jésus qui prend sur ses épaule la brebis qui n’arrive plus à marcher, tu es invitéà porter à ton tour, celles et ceux qui passent des moments difficiles. A l’école de Jésus, nous sommes tous appelés à être des bons pasteurs les uns pour les autres.

                                                                                    Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Laisser un commentaire

Une maman est une icône sacrée !

      

L’amour, le vrai, le pur, l’inconditionnel, existe : serait-ce notamment celui d’une maman ?

Certes, aucune mère n’est parfaite, mais dans l’absolu, l’amour maternel est sans limite…  On ne touche donc pas au mythe de ma maternité !

En effet, son cœur est un puits d’amour qui ne vieillit pas,  le chef-d’œuvre de la création de Dieu tant il reflète sa divine Miséricorde. Même Lui, Dieu,  a eu sa mère !

Une maman connaît son enfant par cœur, même ses pires habitudes ; cependant, elle l’aime quand même. La plupart du temps, la maman ne fait que ça : garder sa faveur pour son enfant, le comprendre sans pour autant cautionner ses turpitudes. Championne de la grâce du don, elle donne sans compter, se donne, pardonne à l’enfant.  Elle est époustouflante la passion d’une maman pour l’être qui prend chair et sang en elle et qui, à ses yeux, est cadeau de sa destinée.  Par une vive et singulière intuition, elle détecte ce qui ne va pas chez son enfant.  Son cœur est profondément brisé lorsqu’elle le voit dans un sale pétrin, sans pouvoir ni savoir le soulager.  Dès que possible, elle l’encourage à suivre ses rêves et ses envies. Son unique souhait, c’est que son enfant lève la tête et avance en traçant sa route !

Intercesseuse naturelle de son enfant, la prière de la maman est particulièrement puissante. Elle offre le fruit de ses entrailles à Dieu, qui ne saurait résister à ses larmes et à sa prière.

Alors, bonne fête à toutes les mamans : les petites, les grandes, les noires, les blanches, les jeunes, les âgées, les tristes, les joyeuses, les débordées, les déboussolées, les riches, les fauchées, les épanouies, les frustrées, les angoissées, les malades, les bien-portantes, les tranquilles, les mamans solos, les mamans épouses, les mamans divorcées … Recevez toutes, y compris celles qui n’ont pas eu d’enfant biologique, mais qui préservent leur flamme maternelle,  notre filiale et totale gratitude !

                                                                                             Vital Nlandu

Publié dans Actualité, Le mot du curé | Laisser un commentaire