Centenaire de la cathédrale : Prière écuménique de Taizé

Publié dans Actualité, Communiqués officiels, Prières | Laisser un commentaire

Le divorce, un fléau social

Homélie du 27ème dimanche ord B : Le divorce, un fléau social

Lectures :  Gn 2, 18-24; Ps 127; He 2, 9-11; Mc 10, 2-16

Chers amis, la liturgie de la Parole de ce dimanche nous plonge dans le mystère d’alliance entre une femme et un homme. J’allais même dire qu’elle remue le couteau dans la plaie d’un véritable fléau : le divorce. « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? « , telle est la question que les pharisiens posent à brûle-pourpoint à Jésus. Par la voix parlementaire, nos sociétés modernes répondent « oui  » ! De même, selon la législation juive à l’époque de Jésus, les hommes pouvaient se permettre de répudier leur épouse même pour des motifs anodins, quitte à octroyer une attestation de rupture d’alliance …

En effet, même si le divorce est devenu de nos jours une réalité sociale quasi banale, ordinaire – nous connaissons tous dans notre famille ou dans notre entourage quelqu’un qui a divorcé -, il convient de souligner qu’à bien des égards, on ne divorce pas de gaieté de cœur, c’est une détresse qui laisse souvent des blessures difficiles à cicatriser tant pour les enfants que pour les conjoints qui se séparent. La question demeure délicate.  L’Eglise elle-même s’est fait griller : surtout avant le pape François, elle était critiquée pour sa grande rigidité en la matière. Parler du divorce, c’est par exemple un test pour le prêtre ou le diacre qui prêche. Les gens sont à l’affût pour le cataloguer : est-il respectueux de la souffrance des divorcés ? De quel bord se situe-t-il ? : est-il tradi ou ouvert, moderne ? Le sujet suscite moult questions : en Europe occidentale, les 2/5ème de nouveaux couples divorcent, pourquoi cet échec des amours que l’on rêvait éternels ? Pourquoi y a-t-il plus de divorces aujourd’hui que dans le passé, dans les pays riches que dans les pays pauvres ? Le débat est houleux …, et beaucoup de jeunes n’envisagent pas de se marier civilement et encore moins religieusement. Ils ont de l’appréhension face à l’avenir, face à tant de liens qui se défont ou se relâchent aujourd’hui. Ils préfèrent plutôt vivre en concubinage.

Tout compte fait, quelles peuvent être les causes du divorce ? Plusieurs témoignages évoquent  les moments d’incompréhension, d’indécision ; la culture du zapping et du turn-over de notre société; l’usure du temps, l’indifférence, l’image illusoire que l’on s’est faite de l’autre, l’odeur de renfermé dans le couple, la routine, la lassitude, l’impatience, la violence conjugale (verbale, psychologique, sexuelle, financière), l’amour possessif, liberticide; le manque de dialogue, de respect, de remise en question, de spiritualisation de l’amour; le rythme effréné de la vie; l’absence de mêmes centres d’intérêt, de vision partagée, d’émerveillement, de reconquête de l’autre, de moments de qualité … Tout cela est résumé dans ce que j’appelle la sclérocardie selon Jésus, c’est-à-dire l’endurcissement du cœur humain bétonné d’orgueil et d’égoïsme. Voilà pourquoi à la fin de l’Evangile médité aujourd’hui, Jésus exhorte à l’esprit d’enfance : le Royaume de Dieu appartient à ceux qui ressemblent aux enfants. Par nature, ceux-ci sont dotés d’humilité, de pureté d’intentions, de confiance, de simplicité, de légèreté, de capacité d’émerveillement …

Dans l’Evangile, Jésus ne cède pas au piège des pharisiens, il n’entre pas dans le cadre moralisant dans lequel ils veulent le confiner : est-il permis ou interdit ? Loin de condamner les couples en difficultés ni d’ailleurs de faire du populisme en brossant dans le sens du poil, il va montrer l’idéal du mariage, son sens originel selon le plan de Dieu. Déjà la 1ère lecture relève la bienveillance de Dieu : « Il n’est pas bon que l’homme (ou la femme) soit seul« . Il s’agit d’une judicieuse complémentarité. La femme et l’homme ont besoin l’un de l’autre. « A cause de cela, l’homme quittera ses parents et s’attachera à sa femme !  » Quitter, c’est un peu mourir, effectuer un mouvement pascal (conversion, passage d’une vie à une autre), faire un travail de deuil, c’est-à-dire sortir de la dépendance de ses parents pour défricher son chemin, créer sa propre légende. Ce faisant, il sera acteur d’une histoire vécue cette fois-ci dans l’altérité (respect des différences) et l’union  profonde avec son épouse.

« L’enfer, c’est l’échec de l’amour » disait Julien Green. Que L’Esprit Saint, le ciment de tout amour, nous aide à aimer en vérité.

                                                                                            Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Laisser un commentaire

100 ans

Publié dans Actualité, Conférences, Visite de notre évêque dans notre doyenné | 1 commentaire

Pour vous, qui suis-je ?

 Homélie du 24ème dimanche ord : Pour vous, qui suis-je ?

Lectures : Is 50, 5-9a; Ps114; Jc 2, 14-18; Mc 8, 27-35

Mes frères et mes sœurs, la question sur l’identité de Jésus occupe une place centrale dans l’Evangile de saint Marc (4, 41; 8, 27-29…) : qui est-il ce Jésus de Nazareth dit le Christ ou le Messie? Mais qui est-il  ce prédicateur itinérant qui, 20 siècles après, change encore des vies, suscite encore confiance, engouement et ferveur ?  Le top secret (secret messianique) qui traverse cet Evangile (1, 44 ; 3, 11 ; 5, 43 ; 7, 36 ; 8, 30…) est une finesse pédagogique : il ne faudrait pas que les gens se méprennent sur sa vraie identité. Marc laisse alors ses lecteurs en suspens pour la leur révéler à la fin : « Vraiment cet homme était fils de Dieu » (Mc 15, 39). Dans la péricope de ce dimanche, Jésus lui-même enquête, il fait un sondage d’opinion. Il demande exprès à ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » Réponse : l’opinion publique est assez unanime, tu es une personne exceptionnelle ! Tu appartiens à la lignée de grands prophètes, on t’assimile à Elie, Jérémie, Jean le baptiste… OK pour cette réponse par procuration ! Mais puisque tu es adulte dans la foi, à toi maintenant de me nommer, de faire ta propre profession de foi ou encore de témoigner de ta conviction. Au regard de l’expérience personnelle que tu vis avec moi ; loin des énoncés théoriques, des idées reçues au catéchisme, des définitions savantes, des formules apprises, dis-moi du fond de ton cœur :   qui suis-je dans ta vie ?

Vous comprenez que cette question ne peut qu’interpeller, engager et pousser chacune et chacun à réfléchir sans chichis à sa liaison perso avec Jésus ! C’est ce que fait Pierre tout inspiré : « Tu es le Christ« , c’est-à-dire le Messie, l’Oint que Dieu nous envoie nous apporter délivrance et salut, le Consacré imbibé d’Esprit Saint venu nous dire qui est Dieu pour nous !  Cependant, pour raffermir la foi balbutiante de Pierre, Jésus précise : il n’est pas le messie politique conquérant, triomphateur, qu’Israël attendait, mais bien le messie serviteur, crucifié (1 Co 1, 23), autrement dit un messie d’amour, corps brisé et sang versé par amour. Oui, l’amour n’est qu’offrande et don au service de la vie. « Aimer, c’est donner et se donner soi-même » (Thérèse de Lisieux).  Et Jésus de continuer : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même et prenne sa croix «   

Renoncer à soi-même, c’est s’oublier, accepter de s’abaisser (la kénose), de diminuer pour que la personne que l’on aime grandisse. D’abord elle, et moi après ! En effet, il n’y a pas de vrai amour sans mourir à soi-même. Si tu l’aimais en vérité, tu serais capable de « mourir » pour lui, pour elle. Que dis-tu de ça ?…  Par ailleurs, prendre sa croix, c’est contre vents et marées emprunter le chemin de l’espérance. L’espérance est la grande victoire de l’homme sur l’absurde et l’impossible. Saint Paul est convaincu qu’aussi atroce soit-elle, la souffrance ne peut altérer la beauté intérieure de l’homme.  Notre être physique pénétré de fragilité et de vulnérabilité peut certes dépérir alors que se fortifie l’être spirituel. Ecoutons-le : « C’est pourquoi nous ne perdons jamais courage. Même si notre être extérieur se détruit peu à peu, notre être intérieur se renouvelle de jour en jour  » (2 Co 4, 16). Prendre sa croix, c’est aussi assumer sa condition humaine.

Autour du drame des inondations que nous avons vécu au mois de juillet dernier, j’ai entendu quelqu’un dire à la télévision : « Si Dieu existait, ces inondations n’auraient pas eu lieu« . C’est l’éternel procès contre Dieu face à l’inaudible souffrance qui talonne l’homme de tout temps et en tout lieu. Paul Claudel le dit bien : « Jésus n’est pas venu dans le monde pour supprimer ou expliquer la souffrance de l’homme, mais la couvrir de sa présence » Et le psalmiste d’ajouter : « Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants » (Ps 114).  Le témoignage de Jean-Claude, mon ami tétraplégique, est édifiant. Il m’a dit un jour : « Je ne prie pas Dieu pour ma guérison physique, mais plutôt intérieure : qu’il me donne la force de porter mon fardeau« . Là, il prend Jésus au mot lorsqu’il dit : « Venez à moi vous tous qui ployez sous le fardeau, je vous soulagerai  » (Mt 11, 28). Le serviteur souffrant de la 1ère lecture le dit : « Le Seigneur vient à mon secours …, je ne serai pas confondu !« 

Qu’il soit dit entre nous : je ne fais pas l’apologie de la souffrance qui est au demeurant un scandale, un mal à combattre courageusement, une humiliation à éviter à tout prix ! Mais puisqu’elle est inexorable, puisqu’elle fait partie intégrante du tragique humain, quand elle advient, je demande la grâce de l’assumer dignement. Comme le rosaire, la vie de l’homme est émaillée de mystères joyeux, glorieux, lumineux mais aussi douloureux. Et si nous célébrons la liturgie du vendredi saint en vénérant la croix, c’est parce qu’elle est le signe d’un amour capable de transformer un lieu de supplice et de mort en une source de vie et de grâce.

                                                                                         Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Laisser un commentaire

La liberté de croire

              Homélie du 21ème dimanche ord B : La liberté de croire

Lectures : Jos 24, 1-18; Ps 33; Eph 5, 21-32; Jn 6, 60-69

Mes frères et mes sœurs, nous sommes à la fin de l’Evangile de Jésus, Pain de vie (Jn 6, 25-70). Apparemment, il y a un constat d’échec : Jésus n’est pas parvenu  à faire comprendre à ses auditeurs le contenu de la Révélation sur l’Eucharistie. En substance, il leur a dit : « Mangez, mâchez mon corps, buvez mon  sang, et vous aurez la vie éternelle ». Avec ces paroles, il a jeté le pavé dans la marre, provoqué et même choqué ses auditeurs,  qui estiment que ce discours est inacceptable, intolérable. Alors de deux choses une : ou bien Jésus divague, disjoncte carrément, ou bien il se moque d’eux. Autrement, comment peut-il  promotionner l’anthropophagie ou le cannibalisme ?

Certains se sont alors retirés sur la pointe de leurs pieds… Aujourd’hui encore, 20 siècles après le discours  du Pain de vie, l’Eucharistie suscite toujours autant de controverses. Dites-moi, le Pain que nous rompons à l’autel, l’Hostie consacrée que nous recevons dans le  creux de notre main à la messe, est-ce pour vous un signe de la présence réelle de Jésus ressuscité ?…

Mais remarquez l’attitude de Jésus après avoir heurté la sensibilité des gens. Il ne retire pas ses paroles ni ne présente d’excuses ! Il sait que c’est par le Pain de vie qu’il se donne et inocule la vie de Dieu aux hommes. Cependant, il précise que les paroles qu’il a dites ne sont pas intellectualistes, elles relèvent absolument de la foi. Voilà pourquoi, après la consécration à la messe, nous nous émerveillons au-delà de ce que nous pouvons comprendre : il est grand, fabuleux le mystère de la foi ! Oui, c’est l’Esprit Saint qui embrase nos cœurs du feu de l’Amour de Dieu, nous emportant dans  l’émerveillement eucharistique …

Alors Jésus revient vers les 12, il les regarde dans les yeux : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » S’il ne force personne à le suivre, c’est parce que l’amour vrai est libre.  C’est à chacun de s’en remettre à la liberté de sa conscience. En fait, nous sommes libres d’accueillir ou de refuser Jésus dans nos cœurs. Il est vrai que parfois dans nos familles, il y a des conflits entre époux, entre parents et enfants au sujet de la foi, de la fréquentation à l’église. Je peux comprendre les parents qui aimeraient qu’étant donné l’éducation chrétienne qu’ils ont donnée à leurs enfants, ces derniers suivent. Hélas !  En tout cas, Jésus ne fait pas du prosélytisme. La foi ne relève pas du patrimoine génétique.  « On ne naît pas chrétien, on le devient!  » (Tertullien). C’est une rencontre personnelle avec Jésus, une expérience intime et privée : « Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ! » (Ps 33). En appelant ses premiers disciples, qui lui ont demandé « Rabbi, où demeures-tu ?« , Jésus leur a répondu : « No comment, venez vous-mêmes, vous  verrez ! » (Jn 1, 39). Le travail des parents, des professeurs de religion, des catéchistes et autres acteurs pastoraux consiste plus à témoigner, à rendre Dieu désirable, à donner envie aux enfants de croire et d’aimer Dieu; à leur montrer la voie, le chemin qui mène à Dieu. C’est aux enfants eux-mêmes de choisir.  Même pour sauver l’humanité, Dieu a dû avoir besoin de l’approbation de celle-ci. C’est Marie qui, au nom de nous tous, a dit « oui » au projet du salut de Dieu.  Cette humanité qui dit « oui » au don de Dieu, c’est l’Eglise, peuple de Dieu en marche.

C’est de ce choix qu’il s’agit dans la 1ère lecture. Josué, auxiliaire et successeur de Moïse, sait que la grande aventure de l’Exode touchera bientôt à sa fin. Le peuple juif a franchi le Jourdain, il est parvenu à la Terre des promesses, à Canaan qu’il va falloir conquérir. Mais auparavant, il convoque à Sichem les personnalités représentatives de 12 tribus d’Israël (anciens, chefs, juges et commissaires). Il leur rappelle, à grands traits,  les interventions de Dieu dans leur histoire et dit – c’est tellement beau : « Choisissez aujourd’hui qui voulez-vous servir : le Seigneur ou les autres dieux ? » Et choisir, c’est renoncer… On ne peut pas servir deux maîtres à la fois sans que l’un d’eux ne soit trompé, un jour il faut bien l’admettre, un jour il faut décider pour qui on veut vivre, à qui on veut se donner !

Et toi donc, quel Dieu choisis-tu de servir, d’aimer encore aujourd’hui ?  Sache que ta réponse requiert de l’engagement !  Quand tu réponds « amen » à la communion, cela signifie : « Oui, je laisse entrer Jésus dans ma vie, il m’accompagne et m’habite ! « 

                                                                                      Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Homélies, Le mot du curé | Commentaires fermés sur La liberté de croire

Assomption de la Vierge Marie : Son entrée dans la gloire de Dieu

     Lectures : Ap 11, 19a; 12, 1-6a; I Co 15, 20-27a; Lc 1, 39-56

Mes frères et mes sœurs, nous célébrons l’une des grandes fêtes mariales  de l’année liturgique. Au cours de cette messe, disons intérieurement   à  Dieu: « Merci  pour le don, le cadeau de maman Marie « . Et à Marie : « Réjouis-toi Marie, tu es bienheureuse « .  D’ailleurs,  c’est elle-même qui nous exhorte  à la complimenter : « Toutes les générations me diront bienheureuse !  »  C’est comme ce jour où Jésus captivant son auditoire par le feu de sa prêche, une femme se mit à admirer le destin de Marie, sa mère, en ces termes : « Elle est heureuse la femme qui t’a porté dans son sein, la femme  qui t’a allaité! » (Lc 11, 27). En effet, Marie a eu le temps de discerner;  elle reconnaît, dans le Magnificat qui est un aveu d’humilité et de gratitude, que Dieu a fait pour elle de grandes choses;  elle s’émerveille de son  projet pour elle…

A votre avis, pourquoi dans la page de l’Évangile, Elisabeth dit-elle à Marie : « Tu es bénie entre toutes les femmes » ?  C’est parce qu’elle est unique, comblée, saturée de grâces, de faveurs divines. Elle est Mère de Dieu : Theotokos en  grec (concile d’Éphèse en 431). Par elle, l’Humanité a accueilli Dieu !Le Seigneur a, de fait,  pris corps en elle.  Il n’y a personne d’autre que Marie,  qui soit  viscéralement  lié  et relié à Jésus, Vrai Dieu et Vrai Homme : son utérus est la couveuse naturelle du bébé  Jésus, son  sang coule dans les veines de Jésus… Elle est son associée !  Voyons : nous sommes en Ardenne, une région distinguée par la culture musicale. En musique, il y a la mélodie, mais pour que la mélodie soit mélodieuse -excusez-moi  le pléonasme-, elle doit être accompagnée. Justement, Jésus est la mélodie et Marie sa mère l’accompagnement. Elle accompagne son fils, aujourd’hui encore, dans sa mission de sauver l’Humanité. La 1ère lecture évoque une  maternité douloureuse : ce sont les douleurs de l’enfantement de cette Terre Nouvelle à laquelle nous aspirons.

Sur le chemin de la vie avec ses vicissitudes,  nous avons l’assurance que Marie, notre Mère, marche avec nous. La prière du rosaire n’est pas une mariolâtrie, c’est plutôt l’expression d’un sentiment filial, la requête d’un enfant à sa mère.  Le chapelet est un bouclier qui protège et  nous pourvoit de bénédictions divines. Comme l’écrit le pape Jean-Paul II dans son  encyclique « La mère du Rédempteur« , Marie est médiatrice de toutes les grâces, elle intercède pour nous. L’Évangile de la visitation lu et médité aujourd’hui met en exergue son idéal de service. Elle a vécu dans l’amour absolu de Dieu et des autres : c’est par élan de charité qu’elle se rend  avec empressement chez sa cousine  Elisabeth plus âgée qu’elle et plus fatiguée. « L’amour du Christ nous presse » dira saint Paul…

Oui, Marie est une figure importante dans notre tradition : remarquez comment par exemple l’iconographie, les peintures ou les sculptures chrétiennes nous font immerger dans son  mystère, et chaque art avec sa spécificité.  Observez l’art occidental : la plupart du temps,  Marie est représentée toute seule, alors que l’art oriental ne la conçoit pas sans son enfant. Elle le porte en le présentant et en l’offrant au monde. Telle est la mission primordiale de Marie : nous indiquer, comme elle l’a fait à Banneux, la source qui désaltère nos soifs existentielles, la Fontaine de la vie en Dieu qu’est Jésus-Christ…

Chers amis, la fête de l’Assomption signifie qu’au terme de sa vie terrestre, après avoir vécu les mystères joyeux, douloureux, glorieux et lumineux, grâce à l’extra-ordinaire  puissance  de la résurrection de son Fils Jésus-Christ,  Marie, l’Immaculée Mère de Dieu, « l’humble servante du Seigneur« ,  a été glorifiée, dans son âme et dans son corps, sans attendre la résurrection finale.   Elle est entrée dans la gloire de Dieu et elle nous fait signe d’avancer. Son Assomption préfigure notre destinée : elle est promesse de résurrection et gage d’espérance. Nous savons désormais qu’un jour, one day, la vie aura raison de la mort tant que notre avenir est en Dieu ! Notre mort biologique, c’est comme  une lampe qui s’éteint …, parce que le jour se lève ! Saint Paul le dit dans la 2ème lecture : ceux qui appartiennent au Christ recevront la vie.

Quant à nous, continuons de faire l’expérience de Dieu en L’accueillant de cœur par une foi active, qui sauve : « Vous êtes heureux vous qui croyez …;  allez en paix, votre foi vous a sauvés  » Cf. Lc 1, 45: 7, 50) !

                                                             Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Actualité, Homélies | Commentaires fermés sur Assomption de la Vierge Marie : Son entrée dans la gloire de Dieu

Ce dimanche 25 juillet est décrété Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées.

Homélie du 17ème dimanche B :

Lectures : 2 R 4, 42-44; Ps 144; Ep 4, 1-6; Jn 6, 1-15 Ce dimanche 25 juillet est décrété, à l’initiative du pape François, Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées.

Chers amis, dans l’absolu, la famille est un don par excellence de Dieu, car si on choisit ses amis, les membres de notre famille nous sont tout naturellement imposés. Comme l’exhorte saint Paul : que tous, en l’occurrence les familles, aient soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix (2ème lecture).  Aujourd’hui, nous prions pour nos grands-parents vivants ou décédés, nous honorons leur mémoire et leur disons, dans un geste de filiale reconnaissance et de profonde affection dans le Seigneur : merci !  La plupart ont été et sont encore une source où nous étanchons notre soif : y cracher serait un manque de respect et de gratitude !

Témoignages de 2 grands-parents :

  • « Nous agissons différemment avec nos petits-enfants que nous ne l’avons fait pour nos propres enfants, parce que nous n’en avons plus la responsabilité directe. Il ne faut pas inverser les rôles : la préséance de l’éducation des enfants revient aux parents. Comme grands-parents, notre mission est d’accompagner nos petits-enfants par notre tendresse, notre écoute bienveillante. Nous arrondissons les angles, nous prenons le temps de discuter, de jouer avec eux – par rapport aux parents surbookés, parfois trop sévères, exigeants et énervés. Il naît alors une complicité naturelle, la confiance-confidence, l’apaisement… Tout l’amour que nous avons pour nos petits-enfants manifeste par ricochet l’amour que nous avons pour nos enfants. On voit qu’il y a un circuit d’où coule l’amour familial ! » (Christiane Bierens, ancienne institutrice)
  • « On est tellement heureux de les avoir, de les voir grandir !  » (diacre Hubert Valkeners)

Comme les vitamines, les grands-parents sont nécessaires à la croissance d’un enfant. Cesont des piliers sur lesquels on peut s’appuyer.  Certes, un grand parent n’est pas un autre.  Ici je fais allusion à la majorité que je connais, qui peuvent même être cités comme témoins. Ils sont vitamines de croissance au regard de ce qu’ils apportent : accueil, sollicitude, soins et prévenances, aide à l’éducation, baby-sitting, sécurité affective, patience, disponibilité, valorisation, encouragements, conseils, petits coups de pouce financier … Sans oublier la simplicité de vie qui est la leur : au point où ils sont parvenus, on devient raisonnable, acquiert du bon sens et de la modération ; on relativise en retournant aux choses essentielles … Ces vitamines, c’est aussi ce qu’ils transmettent : leur expérience et leur expertise. Ce sont des gens qui ont vu et vécu ! Ne dit-on pas que le plus jeune va vite mais l’ancien connaît le chemin ? Selon un proverbe Africain, un vieillard qui meurt, est une bibliothèque qui brûle, un disque dur qui claque ! Aussi ce conseil de Jean de la Fontaine : « Gardez-vous de vendre l’héritage que vous ont laissé vos parents. Un trésor est caché dedans » Les grands parents transmettent leur savoir-faire, par exemple les recettes traditionnelles de cuisine, les souvenirs de la guerre, les grands événements locaux et familiaux …  

Par leur rôle de transmission, ils sont éclaireurs de vie, et du point de vue spirituel, vrais passeurs de la foi chrétienne. C’est eux qui font encore des pèlerinages, des retraites, des prières d’adoration, de rosaire …  Il n’est pas rare d’entendre des jeunes gens qui se marient ou font baptiser leurs enfants alléguer comme entre autres motivations : « Je ne veux pas décevoir mes grands-parents, c’est pour leur faire plaisir …« . Ils nous rappellent également la dimension généalogique qui consolide nos sentiments d’appartenance et d’enracinement dans la continuité d’une famille. La vulnérabilité de leur grand âge (usure de l’organisme, perte d’autonomie) nous renvoie à la fragilité inhérente à notre nature humaine. Quand je parle du mystère de la mort aux jeunes, ils évoquent régulièrement la mort de leurs grands-parents. C’est le signe que ces derniers laissent des traces indélébiles dans leur cœur. Oui, celui qui a planté un arbre avant de mourir,  n’a pas vécu inutilement !

Modèles d’abnégation et de générosité, que Dieu bénisse nos grands-parents et que la Vierge-Marie les protège.

                                                                                               Vital Nlandu, votre curé-doyen

Publié dans Actualité, Le mot du curé | Commentaires fermés sur Ce dimanche 25 juillet est décrété Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées.