Zachée, coup de théâtre d’une conversion !

Homélie du 31ème dimanche ord C :

                     Lectures : Sg 11, 22-12, 2 ; Ps 144; 2 Th 1, 11-2, 2; Lc 19, 1-10

Chers amis, au cours de son voyage vers Jérusalem, le lieu de ses supplices, Jésus passe par Jéricho. C’est la ville la plus basse du monde par rapport au niveau de la mer : moins 300 m d’altitude, à 35 km de Jérusalem. Cette évocation topographique n’est pas anodine : Dieu nous tire parfois du plus bas que terre vers le haut, de l’aveuglement vers la lumière ou même du fond d’une vieille et dégoûtante poubelle pour nous libérer. C’est ce qu’il a fait pour Zachée. Sa rencontre avec Jésus a transformé  de fond en comble sa vie.

En effet, Zachée est un riche de Jéricho. Il travaille aux Contributions, il est le chef de ceux qui perçoivent les taxes. Mais ces gens-là sont véreux, impopulaires.  Pourquoi ? A l’époque de Jésus, Israël est sous occupation romaine. Pour un juif, c’était un ressentiment amer et même une humiliation que de payer l’impôt à l’envahisseur, surtout en sachant que cet argent allait alimenter les fonds de guerre des romains. De plus, l’autorité romaine fixait le montant à payer mais laissait les collecteurs libres de demander ce qu’ils voulaient en plus. Beaucoup s’enrichissaient de manière honteuse ! Vous comprenez alors que Zachée ne pouvait qu’être considéré comme un traitre, un vendu, un collabo, un pécheur notoire… Voilà que ce jour-là, il est informé du passage de Jésus par Jéricho. Il va chercher obstinément à le voir. Et pour quelles raisons ? Peut-être par curiosité : voir ce célèbre thaumaturge, ce non-violent qui fait des miracles et que les pouvoirs menacent de tuer ! Sans doute qu’il y a aussi une motivation spirituelle : il en a marre du regard odieux et méchant des gens sur lui, il culpabilise et souhaite changer…

Il veut mordicus voir Jésus, mais il y a des obstacles. Chers amis, nous avons aussi des écueils qui nous empêchent de rencontrer Jésus : notre fatigue, notre manque de temps ou d’intérêt … En tout cas, il y a 2 obstacles majeurs pour Zachée : le 1er c’est cette cohue autour de Jésus, la foule s’interpose, fait écran. Le 2ème obstacle est à la fois naturel et symbolique : il n’est seulement de petite taille, mais comme prévaricateur malhonnête, il se trouve aussi au plus bas de l’échelle morale, « il était perdu ! » Cependant,  le désir de voir Jésus est plus fort que lui. Alors, laissant là son amour-propre de côté, malgré la fierté dévolue à son statut social, comme un enfant, il monte sur un sycomore. Et les résultats de sa démarche audacieuse dépasseront son but : non seulement il zieute Jésus du dessus du sycomore, mais de surcroît Jésus va lever ses yeux sur lui.

Imaginez le tableau de ce 1er contact visuel : c’est le croisement de 2 désirs (Zachée cherche à voir Jésus et Jésus cherche après lui pour le sauver), le croisement de 2 regards qui se dévorent. L’œil n’est pas seulement une caméra, c’est aussi un projecteur d’énergie et d’amour : il m’a regardé et j’ai compris qu’il m’aime !… « Zachée« , dit Jésus le premier. Il l’appelle par son nom, il le connaît, certainement à la grande surprise de Zachée lui-même ! Jésus sait que malgré ses turpitudes, dans le fond de son cœur, Zachée est un homme généreux et juste ! Eh oui, cher ami, Jésus te connaît et te reconnaît ! Dans beaucoup de cultures, dans ma culture d’origine par exemple, dans celle de Jésus, le nom ne signifie pas seulement désigner quelqu’un, mais c’est aussi lui conférer une vocation. Zachée signifie « Le Seigneur se souvient » ou encore « ce qui est pur« . En effet, Dieu s’est souvenu de Zachée et le sang de l’Agneau l’a purifié ! (Alléluia –amen !).

« Zachée, il faut que je demeure chez toi, car ton salut devient plus qu’urgent !  » Jésus s’invite dans le cœur même de Zachée, provoquant en ce dernier un ébranlement profond. Il se sent aimé et considéré véritablement, peut-être pour la première fois dans sa vie ! Les gens bien-pensants s’indignent. Savez-vous pourquoi ? C’est parce qu’ils ont une pseudo-représentation de Dieu : si pour toi Dieu n’est pas infiniment Amour, alors tu pries un faux Dieu. Le Dieu en qui je crois, moi, c’est celui qui est irrésistiblement attiré par celles et ceux qui se perdent.

« Aujourd’hui » dit Jésus,  » le salut est entré dans cette maison » : l’aujourd’hui du salut ! C’est ici et maintenant que Jésus te sauve si tu veux bien l’accueillir dans ton cœur ! Comme Zachée, toi aussi tu es une fille, un fils d’Abraham, fille et fils de la promesse du salut par ta foi en Jésus-Christ !

Et coup de théâtre ! Voilà Zachée saisi par la grâce de la conversion, son regard des choses a complétement changé : Jésus devient son « Seigneur« , c’est-à-dire il reconnaît en lui le messie (cf. Saint Thomas : « Mon Seigneur, mon Dieu« ). Et puisqu’on ne sait pas sortir indemne quand on a rencontré Jésus en vérité, la vertu d’homme généreux de Zachée refait surface : « Je vais donner la ½ de mes biens pour soulager les pauvres« . Sa qualité d’homme juste ressort, il sait que le repentir exige réparation, et pour compenser ses escroqueries, il lance  : « Je vais rendre quatre fois plus  aux gens que j’ai spoliés et lésés« .

Toi qui es en quête, en recherche de Jésus, si tu veux, tu peux le rencontrer en cette eucharistie. En allant communier, tu acceptes de l’accueillir chez toi … Mais alors dis-moi : quelles sont tes résolutions, les signes de ta conversion ?

                                                                                          Vital Nlandu, votre curé-doyen

Cet article a été publié dans Homélies, Le mot du curé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s