La résurrection du Christ, semence d’une terre nouvelle

Chers amis, peu avant de mourir, Jésus s’est écrié : »Tout est accompli » (Jean 19, 30). Dès lors, ce pronostic d’avenir devient irrévocable : demain, meilleur il fera, la victoire est d’ores et déjà acquise, puisque le ressuscité est avec nous – celui qui l’a promis – jusqu’à la fin des temps (Mt 28, 20).

Certes, je ne le vois pas de mes yeux de chair, sa présence étant d’un autre ordre : profondément pénétré dans son  mystère, enraciné dans son Amour, je savoure sa présence en moi. Ils sont légion et en ébullition, les signes de la puissance de sa résurrection : nos bonnes résolutions, nos  initiatives de (re)mettre l’homme debout, nos efforts de conversion, de changement de regard …, bref notre vie résiliente, riche en rebondissements. résurection

Pâques nourrit à coup sûr notre espérance : nous savons dorénavant que nos maladies, que notre mort biophysiologique, nos rêves brisés, nos blessures, nos impasses sont des semences qui contiennent une tout autre puissance de vie. Que  l’existence de tout homme, même celle de ceux dont on dit qu’ils sont  figuiers stériles, sarments desséchés, peut refleurir. En effet, même brisé, un papillon ne pense qu’à s’envoler!  Il n’y a pas d’abîme où le Ressuscité  ne puisse apporter sa lumière.

Par la grâce de la résurrection, nous savons  que la mort n’est pas le trou noir qui engloutit nos espérances, mais comme le disait si bien l’abbé Pierre, une rencontre retardée avec un ami.

Vivre Pâques aujourd’hui, c’est recouvrer la passion de vivre, aimer la vie, s’en émerveiller. C’est susciter de nouveau, avoir des projets et des ambitions. C’est recommencer même si l’ingratitude en est le prix; être des grains de lumière, des repères et signaux d’espérance dans l’océan de la vie. C’est se décider de quitter son tombeau. L’air et la lumière y sont absents, on s’y dessèche!  Quitter les linges funéraires de la rancune, de la culpabilité, du pessimisme, de l’orgueil aveugle pour s’envoler au vent de la liberté et de l’épanouissement.

Ami, sache que sans toi, le monde est foutu  et le Christ est mort et ressuscité pour rien.  Assure alors  tes propres passages spirituels et tes engagements pour la vie et l’amour.

Bonne et heureuse fête de Pâques à tous.

                                                                          Vital Nlandu, votre curé doyen

 

Cet article a été publié dans Actualité, Homélies, Le mot du curé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s