les 24 h d’adoration

Chères amies, chers amis,

Je vous ai écrit, il y a 3 jours,  qu’en ce temps de confinement, il nous faut bien de la créativité,  y compris en ce qui concerne le lien de la communauté, par la communion dans la prière. C’est la raison pour laquelle nous organisons à la fête d’Immaculée Conception de cette année, ce mardi  8 décembre, « les 24 h d’adoration » en la cathédrale de Malmedy.

C’est juste magnifique !

En guise de l’Avent, notre montée vers Noël, nous allons prier aux intentions de nos familles, de notre UP, de l’Eglise et du Monde, avec Notre-Dame.

Organisation pratique :

  • de 8h à 21h en présentiel dans la chapelle de la Miséricorde de la cathédrale.
  • de 21h à 8h en distanciel à votre domicile, à l’endroit où vous aurez installé un petit coin de prière (une bougie, un Christ, une Vierge, une bible, une icône, des fleurs, …).

A la fin de votre heure de permanence, vous pouvez et c’est merveilleux,  envoyer un sms à une des personnes qui prend le relais. De cette manière, le flambeau sera transmis, nous nous encourageons et  nous restons soudés. L’adoration brasse et raffermit les liens !

J’ai élaboré  pour vous ce petit compendium d’adoration

  • Pourquoi adorer ?

Dans le tourbillon incessant de nos distractions, de nos dispersions et troubles intérieurs, avec la pollution sonore qui nous matraque, nous avons de temps en temps besoin, pour notre paix (guérison) intérieure, de nous réfugier dans le Cœur de Dieu …  Besoin  de fermer les yeux, d’écouter le bruit du silence , de nous concentrer, notre regard noyé dans les yeux de Jésus-Pain de vie. Ce pain vivant  descendu du ciel pour répandre la vie divine dans les membres du Corps du Christ, son Eglise, est source de vie éternelle (Jn 6, 27.34.48). C’est un signe d’unité, un sacrement d’amour,  le banquet pascal dans lequel Jésus est mangé pour nourrir les âmes, les combler de grâces. C’est le prélude et le gage de la gloire à venir.

En outre, le Seigneur nous a recommandé de rester éveillés et de prier sans cesse : « Ce que je vous dis là, je le dis à tous : veillez ! » (Mc 13, 37; Mt 26, 41). Nous sommes un peuple de l’Alliance, et l’adoration est un lien de communion, un kaïros pour redorer le blason de son Alliance baptismale avec le Dieu trinitaire. C’est l’hodie, l' »aujourd’hui » du mystère du salut. Je me laisse sauver, guérir, convertir grâce à la puissance de la résurrection  de Jésus-Christ et de la Miséricorde du Père qui s’opère et s’éclate en moi de manière extra-ordinaire !

  • Je vous souhaite une pluie de bénédictions et de grâces

Adorer, disait Jean-Paul II, « c’est puiser à la source même de la grâce« .

En effet, l’adoration est un cœur-à-cœur et pas un tête-à-tête  avec Jésus-Eucharistie,  qui se donne en s’exposant à mon regard,  sous les apparences du pain consacré.  Je me détache de tout le reste  pour m’abandonner à lui.  Entre les mains de Dieu, je remets mon esprit;  je m’ouvre comme un éventail, comme la fleur ouvre son calice au lever du soleil pour recevoir la rosée bienveillante. Epris d’un sentiment océanique, je contemple  avec admiration et émerveillement  la beauté, la splendeur du  mystère de son amour pour moi, pour l’homme, pour sa création.

« Ceci est mon corps qui est donné pour vous  » ! Je reçois cette parole de Jésus dans la foi, l’espérance et l’amour. Je découvre et savoure la présence réelle de quelqu’un, de Jésus,  à mes côtés, qui me dit : »Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des temps » (Mt 28, 20).

A la rencontre de deux regards qui se dévorent d’amour, qui s’envisagent, on se sent reconnu. On est tellement ébloui par la splendeur du paysage des yeux de l’être aimé qu’on s’y perd!  L’œil est un phare et le regard une magie de communion.  Tel est le regard scintillant de Jésus ! En l’adorant, j’accueille la lumière  qui émane de sa présence. Comme le soleil fait fondre la neige, sa présence illumine mon cœur jusqu’à dissoudre les ténèbres qui l’enserrent : « Qui regarde vers lui resplendira, sans ombre ni trouble au visage » (Ps 33, 6).

Pendant l’adoration,  nos distractions,  nos aridités, notre vulnérabilité voire nos péchés n’entrent plus en ligne de compte. Seule la présence, seul l’amour de Dieu compte. En ce moment, l’Esprit Saint déverse à profusion cet amour dans notre cœur (Rm 5, 5). Et en  irriguant mon cœur de l’amour de Dieu, il décuple pour ainsi dire  ma capacité d’aimer,  et me donne d’expérimenter  la joie spirituelle de me savoir aimé de Dieu de tendresse. Oui, l’adoration est le lieu privilégié de tous les pardons, de toutes les guérisons intérieures, de toutes les espérances.

  • Dispositions d’esprit et de cœur pour se mettre en reliance avec Dieu

*A l’adoration, on est face à un mystère;  devant une tranche de pain qui est substance d’une présence immatérielle, invisible. Il s’agit de  l’Essentiel qu’on ne voit bien qu’avec le cœur. Ici, l’approche rationnelle est au risque de fourvoiement. Le préalable, c’est la profondeur, le lâcher-prise, la foi.

*Avant de se connecter au réseau de Dieu, on conditionne d’abord sa météo intérieure, on se fait  serein (e), apaisé(e), en  prenant du plaisir d’être là, en  appréciant  par exemple le temple,  l’environnement de l’adoration, son petit coin de prière … Pour commencer, on peut se focaliser sur sa respiration  et  faire de chaque mouvement d’inspiration et d’expiration, une entrée en intériorité; faire de chaque battement de son cœur,  une action de grâce, une prière d’offrande …

*On se tient alors devant Jésus,  simplement, sans masque ni artifices; tel qu’on est, avec sa liberté intérieure, ses qualités et ses pauvretés offertes.

*Il peut arriver que l’on ressente de la fatigue et même parfois être distrait. Cela n’est pas grave. Il faut, sans mauvaise conscience,  revenir à soi, mettre ses évasions, son imagination  débordante sur « off« . On peut aussi éventuellement faire de ce que notre esprit nous fait miroiter, une intention de prière. N’oublions  pas non d’appeler à l’aide, l’Esprit Saint, notre maître intérieur.

*Tantôt on garde un silence d’abandon, et cela procure une sensation de repos spirituel; tantôt  on écoute le Verbe de Dieu. On  parle à Jésus  « comme un ami parle à son ami« ;  on lui dit l’amour qu’on lui porte et la confiance qu’on a en lui.

                                                                                     Vital Nlandu

P.S : Je vous propose en annexe un corpus de prières pour l’adoration, qui peut aussi servir de guide.

Cet article a été publié dans Actualité, Communiqués officiels, Le mot du curé, Prières. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s