Dieu-Trinité = Dieu-Amour

Homélie de la Trinité Sainte C : Dieu-Trinité = Dieu-Amour

Lectures : Pr 8, 22-31 ; Ps 8; Rm 5, 1-5; Jn 16, 12-15

Mes frères et mes sœurs, hier j’étais à Liège à l’ordination de 4 diacres (Bernard, Emmanuel, Paulin et Marc). Dans son homélie, Monseigneur l’Evêque disait : « J’ai appris que cette année, à la Trinité, il y avait la pleine lune ! ». Par curiosité, je suis allé voir le ciel à minuit : c’est vrai, c’était une splendide pleine lune ! Pour dire que la Trinité Sainte est la solennité de la plénitude et toute l’épaisseur du mystère de Dieu. Qui est le Dieu des chrétiens ? Il est Père, Fils et Esprit Saint : un seul Dieu du fait de leur identique nature (divine) – qui s’appelle « Amour ». Un seul Dieu, mais Trine, c’est-à-dire en 3 personnes, chacune ayant ses attributions : le Père crée, le Fils sauve et l’Esprit Saint sanctifie. Et pourquoi 3 Personnes ? C’est parce que l’Amour est par essence relation et partage.

Alors, qu’est-ce que la fête de la Sainte Trinité change dans ma vie, dans ma foi ? Quand j’aime en vérité, autrement dit d’un amour désintéressé, respectueux et inconditionnel, je me baigne dans le fleuve d’Amour divin. L’Esprit Saint qui répand cet Amour dans nos cœurs (2ème lecture), propose à celles et à ceux qui le veulent bien, de se laisser appartenir à Dieu en aimant. A cette fête, je mets également en valeur le signe de la croix, par lequel je proclame que le Dieu trinitaire est dans mes pensées, dans mon cœur et dans mes actions et services rendus gratuitement. A ce moment, à l’instar de Jésus Christ, je promets de faire de ma vie un don, une « passion » pour l’être humain… On comprend dès lors que faire le signe de la croix est un engagement à se rallier à Jésus par des actes concrets de la vie.

Chers amis, quel est le sens profond de ce mystère de la Sainte Trinité ? Je prends l’image de l’astre du jour, le soleil : le Père est le soleil, le Fils est la lumière (rayons solaires) et l’Esprit Saint la chaleur irradiante. Le soleil, la lumière et la chaleur sont pourtant trois formes distinctes d’un même phénomène (combustion, énergie thermique, énergie lumineuse) qui est dans le cas de la Trinité, la même source de diffusion d’Amour. Ma vocation de baptisé, c’est justement  refléter l’Amour de Dieu … La spiritualité trinitaire est résumée par la doxologie liturgique (prière de louange à la Trinité) : « Par Lui (Jésus-Christ), avec Lui et en Lui, à Toi Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint Esprit, tout honneur et toute gloire pour les siècles des siècles – Amen« .

Nous nous adressons au Père par Jésus-Christ le médiateur, le grain jeté en terre pour l’immense Moisson de grâces et de bénédictions divines. Quant à l’Esprit Saint, il nous plonge dans l’intimité, la tendresse de Dieu le Père quand il nous Le fait appeler « Abba » (papa chéri, c’est mignon !). Dans la page d’Evangile de ce dimanche, Jésus dit : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter« . Il arrive parfois en préparant la liturgie de funérailles d’une personne relativement jeune, d’entendre les membres de sa famille et ses amis dire : « On avait encore tellement de choses à se dire, à partager ensemble ! ». Dans le silence ou le recueillement, par la voie de notre conscience, par le décodage du langage de la nature, à travers les événements de notre vie, l’Esprit-Saint nous révèle la personne de Jésus-Christ : la puissance de sa résurrection et celle de sa Parole. Il nous conduit vers … la vérité tout entière.

Et comme le guide de montagne, il ne se met pas à la place de l’accompagné, mais l’aide à progresser malgré la fatigue et les vicissitudes de la vie.

C’est encore Lui, l’Esprit Saint qui suscite en nos cœurs l’action de grâce et l’émerveillement du Psaume 8 chanté : « ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom, par toute la terre ! A voir ton ciel …« . L’émerveillement est la voie royale pour retrouver l’esprit d’enfance. « Nous marchons sur des joyaux sans nous en rendre compte » (Christiane Singer). Il y a ainsi urgence de réapprendre à recevoir la vie comme un cadeau, à lui sourire,  à se laisser surprendre par la beauté de la nature et, partant, à la respecter et à en prendre soin.

                                                                                      Vital Nlandu, votre curé-doyen

Cet article a été publié dans Homélies, Le mot du curé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s