Témoins de l’Evangile

    Homélie du 15ème dimanche du temps ordinaire B : Témoins de l’Evangile

                Lectures : Am7, 12-15; Ps 84; Ep 1, 3-13; Mc 6, 7-13

Mes frères et mes sœurs, ainsi que le dit Jean-Paul II, « Celui qui a rencontré le Christ ne peut pas le garder pour lui-même, il doit l’annoncer« . C’est un devoir moral : « Malheur à moi si je n’annonce l’Evangile » (saint Paul). Et le messager de la Parole de Dieu est un envoyé. Envoyé où ? Au chantier de Dieu, qui est ce monde, ta famille, ton lieu de travail, ta paroisse … A chaque fin de messe, en effet, nous sommes envoyés en mission : Ite, missa est (Allez, c’est la mission) ! La mission est une révélation intérieure du dessein de Dieu, ce qu’il veut que j’accomplisse – cela requiert au préalable un discernement éclairé – avec les dons, les talents, les aptitudes, bref tous ces trésors au fond de moi, les bénédictions dont il m’a comblé en Jésus-Christ (2ème lecture). En effet, chaque être humain est doté d’une mission à remplir sur cette terre. Alors, dis-moi, quelle est ta mission aujourd’hui ? « J’écoute, je médite, dit le psalmiste, que dira le Seigneur Dieu » (Ps 84).

Cependant, toutes nos missions tendent vers un seul but : l’amour. C’est ce qu’insinue sainte Thérèse de Lisieux lorsqu’elle dit : « J’ai compris que l’amour renfermait toutes les vocations, que l’amour était tout « .

La page d’Evangile fait état de la 1ère tournée missionnaire des apôtres. Jésus leur donne trois consignes précises :

*Aller en duo, deux par deux. Pas seulement parce que selon le droit juif, un témoignage n’est valable que s’il est attesté au moins par 2 témoins, mais aussi et surtout pour l’efficacité de la mission. « L’union fait la force » (devise du royaume de Belgique). Dans le business, le management, on parle du partenariat, du travail intersectoriel, des synergies. D’ailleurs, le prochain synode des évêques a pour thème la synodalité : « Pour une Eglise synodale : communion, participation et mission » (Assemblée générale en octobre 2022). Dans ce sens, le projet diocésain « Chantier paroisse » promotionne le travail en équipe : il incite à la création d’équipes pastorales, d’équipes relais … J’en profite d’ailleurs pour remercier celles et ceux qui sont engagés dans les équipes de notre UP. Travailler en collaboration (pour une œuvre) ou en équipe suppose que les coéquipiers font corps (s’entendent, se soutiennent mutuellement), cible (qu’ils ont les mêmes objectifs), sens (qu’ils ont la même compréhension de la mission, son but et son horizon), face (qu’ils sont cohérents et à même de parler un même langage, y compris dans l’adversité).

*Jésus conseille une diète spirituelle : se dépouiller, se détacher pour garder sa liberté intérieure par rapport aux biens matériels. « Ni pain, ni sac, ni argent » : la tentation de notre société de surconsommation, n’est-ce pas emmagasiner, accumuler et souvent du superflu ?

Il n’y a pas d’éveil spirituel sans pauvreté de cœur ! Voilà pourquoi on se prépare à célébrer la pâque chrétienne par le carême-jeûne. Il y en a qui choisissent de faire l’expérience du désert pour se reconstruire et se ressourcer, le désert étant un incubateur de sanctification de soi,  l’espace sobre qui vous oblige à vous désencombrer des bagages inutiles. Seuls 2 objets sont permis : un bâton de pèlerin et des sandales, pour faciliter la marche.

*Se laisser accueillir. Mais si l’on vous refuse l’hospitalité, autrement dit si la Bonne Nouvelle est rejetée, comme c’est le cas du prophète Amos (1ère lecture : « Va-t’en d’ici avec tes visions« ), il faut, sans rouspéter ni harceler les gens, « secouer la poussière de ses pieds« , couper court et partir … ! Il me vient à l’esprit tous ces couvents, ces maisons religieuses qui sont en train de fermer partout en Europe faute de vocations. Je pense non à l’incroyance, mais à l’indifférence de nos contemporains au mystère de Dieu …

Il est clair que toutes ces consignes renvoient à une manière d’être. Nous n’avons pas à vendre un message, mais à en témoigner. Le témoignage évangélique est un must pour remplir la mission qui nous est assignée : convertir les gens (les aider à avoir un regard tout autre), chasser les démons (lutter contre les injustices intolérables, combattre les forces du mal) et guérir les malades (soigner les blessures qui piquent et esquintent les gens de l’intérieur).

Christ aujourd’hui nous appelle ; Christ aujourd’hui nous envoie !

                                                                           Vital Nlandu, votre curé-doyen

Cet article a été publié dans Homélies, Le mot du curé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s